Étiquette : plumarum

Chapitre 12 et 13 de l’Express d’Orient

 

— Regardez son visage ! me dit Fontaine en me saisissant par le bras. Son expression !
— Je la vois…
— Il a exactement la même expression que Melnyk ! On dirait… on dirait la peur. Avec une majuscule, même : « la Peur ».
Je n’aurais pas pu mieux le formuler. On aurait dit que Elster avait vu le diable en personne… ou simplement David. Oui, David pouvait réellement causer cet effet-là…

Le regard des employés en uniforme me faisait froid dans le dos. Il passait à travers moi comme si je n’existais pas… ou comme si c’était eux qui n’existaient plus.

Les chapitres 12 et 13 sont disponibles sur www.plumarum.com/last! Je vous souhaite une excellente lecture! =)

 

 

1883 à bord de l’Express d’Orient : Mademoiselle Melusine

Mademoiselle Melusine est un personnage très mystérieux qui a encore beaucoup à révéler, mais quelques indices dans le roman suggèrent déjà une partie de son histoire, à travers l’Histoire.

« — Le lieu de ma naissance se trouve peut-être aujourd’hui en Allemagne, dit-elle, mais je ne suis pas vraiment une Alter. »  (chapitre 9)

Melusine Schaefer est née le 31 octobre 1863 à Louperhouse en Moselle, alors un département de la Lorraine. Elle est la fille de Narcissa Roussault et Karl Schaefer. Elle a un grand frère, Tristram, qui a presque 4 ans de plus qu’elle. Appartenant à une famille d’Alterï sans être vraiment une Alter, Melusine grandit entre deux mondes.

En juillet 1870, le gouvernement français craint l’expansion de la Prusse et l’unification des royaumes allemands, qu’elle voit comme des menaces à sa puissance. La France déclare la guerre à la Prusse, mais la coalition allemande se mobilise plus rapidement. Les Prussiens annexent le nord-est du pays, progressent vers Paris, et finalement gagnent la guerre. Le 10 mai 1871, le traité de Francfort est signé, la France cédant officiellement une partie de l’Alsace et de la Lorraine au vainqueur. Renforcé par l’issue du conflit, l’Empire Allemand est formé.

« — La douane est à la frontière, à Avricourt plus exactement. Je devrais plutôt dire « aux Avricourts », puisque c’est cette gare que les Allemands ont coupé en deux, comme ça, sans remords. » (chapitre 6)

Les habitants d’Alsace et de Lorraine ont alors le choix : soit rester sur place et devenir allemands, soit fuir et s’installer en France. Après la disparition de son mari, Narcissa Schaefer choisit d’emmener ses deux enfants et de s’installer près de Paris, à St-Leu-Taverny, où elle a de la famille.

Néanmoins, les liens germaniques de la famille sont un obstacle à leur intégration. L’esprit anti-allemand qui règne en France après 1871 mène la vie dure aux Schaefer, et Narcissa, Tristram comme Melusine se referment sur eux-mêmes afin de trouver la force de supporter leur situation difficile. Pour Tristram, ce sera la musique. Pour Melusine, ce sera une fascination pour le monde médical et les morts violentes.

L’ascension fulgurante de Tristram en tant que jeune violoniste virtuose au début des années 1880 est un retour de chance inespéré pour Narcissa, qui retrouve enfin les cercles sociaux dont elle avait l’habitude. Les préoccupations plus macabres que sociales de Melusine, en revanche, créent une distance et une incompréhension entre la mère et la fille.

L’apparence générale de Mademoiselle Melusine m’a été inspirée par les tableaux de Jacques-Joseph Tissot (1836-1902), un peintre français installé à Londres sous le nom de James Tissot, en particulier Octobre 02 (1877) :

octobre02

(source de l’image : Wikipédia)

Chapitre 11 de l’Express d’Orient

4sousch11

Le chapitre 11 de 1883 : à bord de l’Express d’Orient est disponible sur Plumarum ! En voici un petit avant-goût :

La porte derrière moi s’effondra, faisant place à une silhouette affreuse, squelettique, aux cheveux de feu et à la peau carbonisée. Je crus tout d’abord que c’était Madame, ou bien Mademoiselle Melusine, mais réalisai que les cheveux de la créature, qui se mélangeaient aux flammes, étaient roux. Ses yeux, seule partie intacte de son visage, étaient vieux, anciens, terriblement anciens…

David

La créature tendit le bras vers moi. Elle posa sa main sur mon épaule et j’explosai immédiatement en cendres avec elle.

Je vous souhaite une excellente lecture! 🙂

Chapitre 9 et 10 de l’Express d’Orient

 

Il semblerait que j’ai raté la sortie du chapitre 9… oops. En tout cas il est disponible, ainsi que le chapitre 10, sur Plumarum ! L’enquête est lancée, et Quatresous doit s’improviser détective…

Découvrez gratuitement cette série fantastique où se mêlent histoire, mystère, et fantasy : l’entrée est libre! Je vous souhaite une excellente lecture! 🙂

1883 : à bord de l’Express d’Orient

1883EO

Octobre 1883. Quatresous s’embarque à bord de l’Express d’Orient, le tout nouveau train de grand luxe, tout juste inauguré par la Compagnie des Wagons-lits. Sa mission est aussi claire qu’elle est saugrenue : faire faire demi-tour aussi vite que possible à son employeur Monsieur Desmilliers et récupérer l’argent des billets, car les finances de la famille en dépendent. Mais à bord du train, tout le monde a un secret, des histoires d’esprits et de monstres hantent les couloirs, et une menace rôde… Et qui sont ces passagers mystérieux, dans les compartiments du wagon de tête ? Pour Quatresous, un voyage vers l’inconnu va commencer dès le quai de la gare…

En savoir plus