Étiquette : La Louve aux Chansons

La Transformation du Métamorphe

Bonjour à tous ! La scène classique #fantastique d’aujourd’hui est une #Séance avec un #ouija, très en vogue au XIXe siècle, où Madame Desmilliers veut influencer son mari pour le décourager de prendre le train, mais les résultats ne sont pas ceux espérés…

*

Euphrosine tomba à terre comme si quelqu’un l’avait frappée en plein milieu de son dos, le souffle coupé. Luttant pour respirer et se redresser, elle tirait frénétiquement sur le bord de la fourrure pour la retirer de ses épaules, mais c’était comme si la fourrure avait fait fusionner son corps avec les couches de tissu. Rampant jusqu’à l’escalier qui menait au rez-de-chaussée, Euphrosine s’accrocha à la barrière qui courait le long du mur. La fourrure, qui dévorait et brûlait son dos, commençait à s’étendre le long de ses bras et de ses jambes, les tirant en arrière, les tordant dans des positions impossibles. La terreur du cauchemar devenant réalité, les mains d’Euphrosine refusèrent de lui obéir plus longtemps et lâchèrent leur prise sur les montants de bois. Perdant le contrôle de son corps, elle bascula en avant dans l’escalier en appelant :

— Père ! Père !!

— Aubergiste ? Quelqu’un est tombé ? Qui a crié ?

— On aurait dit ma fille mais je ne la vois nulle part. Rosine ? Tu es là ?

— Bè-hè-hè-hè-hè !!

– La Louve Aux Chansons, chapitre VI La Mule : https://ecguyot.com/la-louve-aux-chansons/

Octobre est là!

Bonjour! (se lève et se présente) Je suis Emilie C. Guyot, j’écris de la #fantasy, et nous sommes en #octobre! Vous savez ce que cela signifie ? Vampires, loup-garous, sirènes : vous voyez le genre ? Je vous propose ce mois-ci, les mardis et vendredis, une petite rétrospective des scènes des « Récits Et Si » qui, bien qu’étant de la fantasy, sont inspirées directement de classiques du #fantastique. Et toujours avec un twist personnel! Alors installez-vous confortablement devant la cheminée, et laissez-vous porter par les histoires de Mame Ode…

*

Mame Ode était une petite dame nerveuse et âgée, au dos droit comme un piquet, avec une tête couronnée de boucles blanches aplaties par une capuche en toile cirée qui les protégeait de l’humidité nocturne. Elle s’assit sur son fauteuil en bois, cherchant le creux qui s’était formé dans le coussin avec les années, puis posa le sac (pratiquement aussi grand qu’elle et dont elle ne se séparait jamais) sur ses genoux. Deux aiguilles à tricoter furent soudainement dans sa main et, sous le mouvement rapide et précis des doigts, les première mailles d’un nouveau tricot firent leur apparition.

Tous ces gestes avaient été observés sans en avoir l’air par la salle entière, dont les conversations avaient cessé aux premiers « tic tic tic » des aiguilles. Toute la salle se tourna imperceptiblement et simultanément vers la petite dame qui tricotait au coin du feu dont on entendait crépiter les braises.

— On le dit et le redit cent fois, commença Mame Ode en tirant sur un fil rouge qui s’emmêlait sur lui-même, il ne faut pas avoir le pied sur les chemins des bois au moment où descend le jour et où monte le brouillard…

– La Louve aux Chansons, chapitre II : Ma Chanson est Dite https://ecguyot.com/la-louve-aux-chansons/

La Louve Aux Chansons

lalouveauxchansons2

À Nâpilles, un petit village au milieu d’une forêt réputée pour sa présence magique, Euphrosine, presque quinze ans, aide au service à l’auberge de son père, et espère bien qu’un jour son ami Renaud finira par lui montrer un peu d’intérêt. Un mystérieux sac rempli d’étranges peaux de bêtes va les entraîner, métamorphoses après métamorphoses, à travers la forêt sur les traces de créatures insoupçonnées. Pour Renaud, Euphrosine osera-t-elle braver le Jugement du Loup…? La Louve Aux Chansons met en parallèle romance, métamorphoses et quête d’identité dans un monde fantastique sur fond de chansons traditionnelles.

En savoir plus