La Transformation du Métamorphe

Bonjour à tous ! La scène classique #fantastique d’aujourd’hui est une #Séance avec un #ouija, très en vogue au XIXe siècle, où Madame Desmilliers veut influencer son mari pour le décourager de prendre le train, mais les résultats ne sont pas ceux espérés…

*

Euphrosine tomba à terre comme si quelqu’un l’avait frappée en plein milieu de son dos, le souffle coupé. Luttant pour respirer et se redresser, elle tirait frénétiquement sur le bord de la fourrure pour la retirer de ses épaules, mais c’était comme si la fourrure avait fait fusionner son corps avec les couches de tissu. Rampant jusqu’à l’escalier qui menait au rez-de-chaussée, Euphrosine s’accrocha à la barrière qui courait le long du mur. La fourrure, qui dévorait et brûlait son dos, commençait à s’étendre le long de ses bras et de ses jambes, les tirant en arrière, les tordant dans des positions impossibles. La terreur du cauchemar devenant réalité, les mains d’Euphrosine refusèrent de lui obéir plus longtemps et lâchèrent leur prise sur les montants de bois. Perdant le contrôle de son corps, elle bascula en avant dans l’escalier en appelant :

— Père ! Père !!

— Aubergiste ? Quelqu’un est tombé ? Qui a crié ?

— On aurait dit ma fille mais je ne la vois nulle part. Rosine ? Tu es là ?

— Bè-hè-hè-hè-hè !!

– La Louve Aux Chansons, chapitre VI La Mule : https://ecguyot.com/la-louve-aux-chansons/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s