Séance de ce soir

Bonjour à tous ! La scène classique d’aujourd’hui est une Séance, très en vogue au XIXe siècle, où Madame Desmilliers veut influencer son mari pour le décourager de prendre le train, mais les résultats ne sont pas ceux espérés…

*

Madame, s’attendant probablement à résister à Monsieur, fit glisser le pointeur vers le « oui » avec tant de force que le bois grinça. Monsieur, toujours naïf et bon public, tremblait d’excitation et de peur mélangées.

— O, esprits ! Mon mari veut entreprendre un long voyage dangereux. Doit-il partir ?

Monsieur lorgnait le « oui ». Madame allait pousser le pointeur vers le « non » mais elle s’arrêta soudainement. Son regard se perdit dans le vague. Sur la planchette, le curseur glissa sans bruit vers le « oui », mais Madame ne lui prêtait plus aucune attention.

— Pourquoi ? demanda Madame d’une voix sourde et lointaine.

Cette fois, j’observai le curseur glisser le long des lettres.

— « l…a… r…é…u…n…i…o…n », épela Monsieur. La réunion ! C’est un bon signe, ça ! Je vais rencontrer des gens importants, tu vois !

— Que… qu’est-ce qui l’attend à la fin de ce voyage ? demanda Madame.

— « l…a…v…i…e », épela Monsieur. Lavie ? C’est le nom de quelqu’un ? On dirait un prénom étranger.

Madame ne répondit rien, absorbée dans la contemplation du curseur sur la tablette.

– 1883 Express d’Orient, chapitre II, la Rue Berthollet : https://ecguyot.com/1883-express-dorient/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s