1883 Express d’Orient : les Whitlock

Une flopée de bonnets de paille, de dentelles, de châles blancs et de mèches blondes, tous parés de fleurs, monta à l’assaut de notre wagon. C’était un véritable jardin printanier, qui inondait de lumière la nuit grise de l’hiver approchant.
— Laisse-moi passer en premier, je suis l’aînée !
— Tu n’es pas l’aînée, tu es seulement la plus vieille parce que Pearl n’est pas là !
Stop insulting me in French !
— Nous sommes en France, je t’insulte dans la langue appropriée ! Ce n’est pas de ma faute si tu es trop stupide pour comprendre.
— Cela suffit, dit une voix autoritaire. Vous passerez toutes les deux après Ruby.
Mother ! protesta l’aînée.
Lady Jewel saisit le bras de son frère.
The time is wrong, dit-elle. I’m scared.
Let’s run then ! cria Lord Jasper en partant en courant le long du quai.
Mais Lady Jewel ne fut pas assez rapide ; sa mère la saisit par le bras et la maintint fermement.
Jasper ! cria la mère. Come back here at once !
— Monte dans le train avec les filles, dit le père, je vais le chercher.

En savoir plus – Disponible sur Kobo – Disponible sur Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s