1883 Express d’Orient : Dumont et Alfred

« Derrière Monsieur, le serveur installait deux hommes. Le premier, de mon âge peut-être, portait une moustache fine avec une barbe pointue sur le menton, les cheveux longs coiffés en arrière. Son style impeccable bien qu’excentrique ne cachait pas ses traits tirés. La première chose qu’il fit fut de commander plusieurs bouteilles de vin.

— Déjà ? dit le jeune homme qui était assis en face de lui.

Sa voix, aux inflexions si délicates, m’interpella. Il avait peut-être quinze, ou seize ans, et le visage d’un de ces dieux grecs dont on faisait des toiles en série.

— « Déjà ? » me demandes-tu, mon si cher secrétaire, alors que c’est « enfin » qu’il faudrait dire, Alfred. Je me sens bien trop sobre au seuil de cette soirée.

— Le mot « sobre » ne s’est pas appliqué à vous depuis si longtemps qu’il ne vous reconnaîtrait pas si vous le croisiez.

— Une magnifique répartie ! Note-la donc, je te prie, je pourrais l’utiliser. C’est bien pour cela que tu es payé, n’est-ce pas ? »

En savoir plus – Disponible sur Kobo – Disponible sur Amazon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s