1883 Express d’Orient : chapitre 21

4sousch21

 

Elle n’était pas pâle, ni même blanche comme le tissu de sa robe ; sa peau paraissait transparente. Toute entière, elle semblait se dessécher : ses mains osseuses et crispées, son visage squelettique et figé dans une expression de terreur, ses yeux cerclés d’un noir malsain roulant d’un côté à l’autre comme pour échapper à des choses invisibles.

— Oh mon dieu, dit Fontaine dont la voix s’étrangla. Mon dieu, non. J’ai déjà vu ça…

 

Le chapitre 21 de 1883 Express d’Orient est disponible sur Plumarum ! Je vous souhaite une excellente lecture à tous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s