1883 Express d’Orient : chapitres 18 et 19

4sousch19

Une nuit noire et profonde nous enveloppait désormais ; elle était tombée en quelques instants à peine. Nous étions un îlot de lumière dans l’obscurité, les lampes éclairant généreusement le terrain par les fenêtres du restaurant. Au-delà de ce halo, tout se perdait dans l’ombre fantomatique de la montagne…

Presque à temps pour Noël, le chapitre 19 est disponible sur Plumarum !
https://www.plumarum.com/livre_en_cours/livre/30

À lire bien sûr après le chapitre 18…

4sousch18

 

La fenêtre était ouverte. Nous traversions un grand cirque formé par les montagnes et, d’un coup, le faîte du col à Teregova fut franchi. J’avais l’impression de flotter sur des nuages, dans un autre monde fait de vert, de jaune et de rouge, au ciel déchiré de rochers gigantesques et noirs. Les montagnes menaçaient de s’abattre sur la voie et le train, qui avançait comme un jouet sur ses flancs, dans la lumière chaude du soleil couchant.
— Ne me dites pas que ces géants ont pu passer par là ! dit Fontaine.
— Qui sait ? répondis-je.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s